Contact us at Holy-Dis
log in to Holy-Dis
Accueil > Actualités > Flash > SaaS : un nouveau modèle structurel et économique
  • RSS
  • Viadeo
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Envoyer cet article par Email !
  • Imprimer cet article !

SaaS : un nouveau modèle structurel et économique

Depuis plusieurs années, de nombreuses offres de services de Cloud Computing sont disponibles. IaaS, PaaS, SaaS, il est parfois bien difficile de s’y retrouver. Hébergement d’infrastructures (IaaS), fourniture de plateformes de développement (PaaS) ou logiciels en ligne (SaaS), l’ensemble des services informatiques représente une évolution majeure pour les entreprises. Sécurité, confidentialité des données, relations contractuelles avec les prestataires suscitent beaucoup d’interrogations et peuvent constituer un frein à la mutation de l’entreprise. Pourquoi évoluer vers une offre SaaS et comment ?

Le Saas pour l'entreprise - outils et SI

L’émergence du Cloud Computing

Dès le milieu des années 90, le PC devient un dispositif d’affichage plus qu’une unité de centralisation et de traitement de l’information. Le mode ASP (via une installation Client / serveur) fait son apparition et permet alors aux entreprises de louer des applications hébergées dans les Datacenters du fournisseur. Au début des années 2000, le grand public voit évoluer le Web vers une forme plus participative des sites, tournés vers les réseaux sociaux et les interactions entre les utilisateurs. Devant ces communautés grandissantes qui rédigent et partagent de nombreuses bases de connaissance (blogs, wikis, partages de Photos et vidéos, …), Dale Dougherty crée en 2003 le concept de Web 2.0 qui sera diffusé par Tim O’Reilly en 2004. Avec l’arrivée de la génération Y sur le marché du travail, le mode ASP, présent en entreprise, devient vite insuffisant : aucune intelligence collective n’est disponible pour ces « Digital Natives » qui utilisent Internet de manière tout à fait naturelle. Ils attendent de leur entreprise qu’elle mette à disposition des espaces collaboratifs en ligne, avec une ergonomie intuitive, caractéristique des applications Web 2.0. La culture de l’entreprise est bouleversée, elle doit devenir elle-même 2.0 pour s’adapter ! En proposant d’héberger les applications sur des plateformes accessibles depuis le Web, le SaaS a tiré profit des échecs du mode ASP et intégré les besoins de l’univers Web 2.0.

La réorganisation agile des entreprises

L’organisation de l’entreprise devient plus « agile » : elle doit concilier rapidité de communication, excellence opérationnelle et anticipation.

Tout l’enjeu de l’entreprise 2.0 est « de développer et mobiliser le capital social, humain et informationnel de l’entreprise »1. Elle doit donc, tout en garantissant le niveau de sécurité requis, partager les informations et favoriser la mobilité, voire le télétravail, qui font « voler en éclat la notion de lieu et demande une continuité des données entre les terminaux si on en utilise plusieurs. De même, comment traiter la « porosité » entre les activités personnelles et professionnelles, qui peut changer la propriété du poste (quand il appartient à l’employé) et ses usages (travail au domicile et usages personnels au bureau). Le poste de travail doit être repensé et le collaboratif, dont l’importance et les usages grandissent, doit y contribuer »1.

Impacts managériaux des entreprises 2.0

Dans cette organisation agile, le management de l’entreprise passe d’un mode centralisé et planifié, « Control and Command », vers un mode décentralisé et réactif, « Recognition and Response », (Langdon Morris, Directeur, Innovation at PwC). Cette organisation s’inspire parfois du LEAN Management, centré sur l’excellence de la production, l’apprentissage continu et la résolution de problème pour favoriser une dynamique d’amélioration constante et l’optimisation des processus qui permet une réduction des coûts. Former et capitaliser sur ses ressources devient l’axe stratégique de l’entreprise. Cette approche implique un travail d’équipe pour une analyse commune et globale sur le terrain. Les appareils mobiles ayant fait leur apparition dans l’entreprise, ils ont beaucoup évolué pour être plus simples à utiliser : netbooks, tablettes, Smartphones sont une aubaine pour les managers qui doivent désormais avoir un « management by walking around » – MBWA. De plus, un nouveau challenge les attend : ils découvrent la génération Z, ou génération C (communication, collaboration, créativité, connexion). Elle a grandi avec les réseaux sociaux, des outils collaboratifs et une masse d’informations disponibles immédiatement et à la demande (la très haute disponibilité des offres SaaS). Une base de connaissances accessible et partagée permet de mettre en place de nouveaux processus de communication et de formation pour des échanges instantanés et sécurisés. Le Web 2.0 permet de proposer aux salariés des méthodes plus efficaces et moins coûteuses : des outils interactifs entre managers et équipes, et des formations mixtes et multi-supports, le Blended-Learning.

Vers une DSI 2.0 ?

Pour s’adapter aux évolutions permanentes de leur entreprise 2.0, pour faire face et suivre ces évolutions majeures et rapides, l’organisation du SI doit être identifiée et facile à piloter. Or, les services sont des unités recomposables et possibles à orchestrer, ce qui donne à l’entreprise l’agilité nécessaire pour s’adapter tout en ayant une projection et une maîtrise des données financières particulièrement fiables. Le besoin en ressources expertes sur le site diminue parce qu’elles sont déléguées chez le fournisseur spécialisé. L’entreprise doit manager une mutation des compétences vers du management du SI.
La DSI se réinvente et devient 2.0 : elle passe d’une “Direction des Systèmes d’Information” vers une “Direction des Services d’Information”2.

Le SaaS, un vecteur de croissance pour les PME

81% des architectes et administrateurs d’infrastructures en Europe, aux Etats-Unis et en Asie-Pacifique ont pour priorité la mise au point d’une stratégie de Cloud Computing (BMC and Forrester Cloud Survey, mars 2012).

La démarche prend tout son sens lorsqu’on sait que « pour 1€ dépensé dans l’achat d’un ordinateur, il faut dépenser en plus 50 centimes en énergie. Et pour le même ordinateur il faudra prévoir 71 centimes dans 4 ans », d’après une étude menée par l’International Data Corporation (IDC) en 2012. L’informatique génère actuellement 2 % des émissions de CO2 liées à l’activité humaine. Autant que l’ensemble de la flotte aérienne mondiale ! (Source : Estimation du Gartner Group, 2007).

Le SaaS n’est pas une révolution mais l’évolution naturelle de l’utilisation que nous faisons des applications. Le mode SaaS s’adapte aux besoins de l’entreprise selon sa croissance et devient un vecteur de compétitivité et de performance. Les PME ont désormais l’opportunité de lutter à armes égales avec les grandes entreprises : elles deviennent en quelques clics plus flexibles, innovantes et rentables. Elles ont désormais à leur disposition des services intégrés et collaboratifs.

L’optimisation des processus RH pour la performance de l’entreprise

L’optimisation des ressources est un des leviers de performance globale de l’entreprise. Les dirigeants ont pleinement conscience que le temps consacré à la gestion des processus RH réduit considérablement le temps disponible pour des tâches stratégiques.

L’adaptation des ressources à l’activité de l’entreprise contribue à la performance globale de l’entreprise pour 57% des décideurs interrogés.3

L’ensemble de l’offre de Holy-Dis vise à aider les entreprises à adapter les ressources aux besoins, servir efficacement les clients, améliorer la satisfaction des salariés, maîtriser les coûts RH, professionnaliser les processus.

Les 3 premiers processus RH confiés aux managers et aux collaborateurs sont, selon plus de 70% des décideurs :

  • Gestion des congés et des absences
  • Appréciation des compétences
  • Planning des ressources.3

Avec Timesquare® On Demand, les PME souscrivent à un service expert :

  • l’externalisation à la demande de la planification leur permet de faire face à la saisonnalité de l’activité tout en respectant la législation en vigueur,
  • le module Collaborateurs, accessible depuis un support mobile, apporte aux salariés une plus grande autonomie (consultation de leurs plannings, demandes d’absences, échanges d’horaires, …) et optimise les processus de validation des demandes d’aménagement d’horaires par les managers.

En savoir plus :

Optimiser la gestion des processus RH pour contribuer à la performance de l’entrepriseOptimiser la gestion des processus RH pour contribuer à la performance de l’entreprise, Etude Markess International sponsorisée par Holy-Dis, avril 2013 –> lire le résumé.

Sources :

1 Le Poste de travail collaboratif en mode agile, 20 mai 2012 par Frédéric Charles sur www.zdnet.fr
2 Le DSI 2.0 : d’une “Direction des Systèmes d’Information” vers une “Direction des Services d’Information”, 19 janvier 2013 par Joël Boutet sur www.b3c-transition.com
3 Optimiser la gestion des processus RH pour contribuer à la performance de l’entreprise, Etude MARKESS International, Avril 2013